diaporama

Articles par

Articles par

adsense

Marlene Dietrich: Légende infidèle💄

img307 Maria Magdalena Dietrich est née le 27 Décembre 1901 à Berlin. Fille d’un officier supérieur de la cavalerie allemande, Louis Otto  Dietrich et de Joséphine Felsing, aristocrate.
Elle avait uns soeur. Son père est mort, alors qu’elle n’a que dix ans, sur le front russe.
img305 Etudiante modèle, Maria Magdalena aimait la littérature et  excellait en violon, mais un ganglion grossissant au poignet gauche l’empêcha de poursuivre ses études. Alors danseuse de revue, elle suivit des cours d’ art dramatique de Max Reinhardt, avant d’entreprendre sa carrière au théâtre à Berlin, où elle joua pour la première fois dans la pièce “A midsummer night’s dream”.  Son premier film fut “Der Kleine Napoleon/Le petit Napoléon”(1923). Lors de l’ audition du le film “Tragödie der liebe/La tragédie de l’amour”(1924),  elle fait la connaissance du réalisateur tchécoslovaque Rudolf Sieber. Ils se marièrent, six semaines plus tard, Marlene mit sa carrière en veilleuse et mit au monde une fille Heidede/Maria(1925). Ils vivront ensemble mais auront chacun leurs aventures, elle avec des acteurs et lui avec la danseuse Tamara Matul, sa meilleure amie.
Marlene alla passer une audition pour le film “Der blaue Engel/L’ange bleu”(1930). Après une chanson, Jozef Von Sternberg , son img306 pygmalion, l’engagea. Le soir de la première de “L’ange bleu” (qui est le nom du cabaret et nom celui de rôle), Marlene quitte Berlin pour Hollywood avec mari et enfant et devient américaine. Ce sera la première star qui se montrera aux journalistes habillée de vêtement masculin et photographiée avec son enfant. Elle perdit quinze kilos et ses sourcils épilés et remplacés par un trait de crayon, la transformation s’opérait. Engagée par la Paramount, elle tourna: “Morocco/Coeurs brûlés”(1930), “Dishonored/X27”(1931), “Blonde Venus/Vénus blonde”, “Shangai express”(1932),  “The Scarlett Empress/L’impératrice rouge”(1934) et “The devil is a woman/La femme et le pantin” (1935) pour JVS. Aussi: “Desir/Désiré”, “La jardin d’Allah”(1936), “Angel/Ange”(1937) et “Destry rides again/Femme ou démon”(1939).  Elle a aimer  plusieurs hommes ( et femmes selon des rumeurs) dont, Maurice Chevalier et John Wayne son partenaire dans “Seven sinners/La maison des sept péchés”(1940), “The spoilers/Les écumeurs”, et “Pittsburg”(1942), et surtout Jean Gabin. Leur première rencontre a lieu sur la Riviera, avant la guerre. Marlene tourna dans : “The flame of New-Orleans/La belle ensorceleuse”, “Manpower/L’entraîneuse”(1941). Lorsque Gabin se rend à Hollywood, elle l’héberge. Ils vivront une grande histoire d’amour, jusqu’à ce Gabin rentre en Europe pour combattre dans la marine, en 1943.  Marlene aussi s’ embarque pour l’Europe, en uniforme, pour chanter et jouer devant les GI . Ils se retrouveront encore, sur le camp où Gabin est mobilisé.  Démobilisé, ils rentrent à Paris, pour poursuivre leur histoire et pour tourner un navet “Martin Roumagnac”.  Ensuite Marlene repart seule à Hollywood et Gabin épouse une autre femme.
img308

La MGM, l’engage pour jouer dans: “Kismet”, “Follow the boys/ Hollywood parade”(1944),  “Foreign affair/La scandaleuse d Berlin”(1948), “Stage fright/Le grand alibi”(1950), “Rancho notorious/L’ange des maudits(1952), “Witness for the prosecution/Témoin à charge”(Hitchcock,1958), “Touch of evil/La soif du mal”et  “Judgement at Nurembourg/Jugement à Nuremberg”(1961). Son mari est mort en 1976. Marlene fit un retour dans “Just a gigolo”(1978). À l’acteur Maximilien Schell, elle dit: “Ma vie n’est qu’une suite de dates. À 20 ans, je n’étais rien. À 90 ans, je ne suis qu’une femme très banale. Entre les deux, j’ai été une actrice”.
Elle a passer les dernières années de sa vie dans un appartement de l’avenue Montaigne à Paris. Marlène Dietrich est morte le 6 Mai 1992.

3 commentaires :

  1. Encore quelque chose de bien intéressant, je me souviens bien d'elle , surtout de son nom. Bye !

    RépondreEffacer
  2. Bonjour chère Josée,

    Diétrich "une vie très bien remplie"...
    Une petite anecdote : je me souviens, lorsque je finissais mon "quart" Rue Royale (j'étais militaire), au lieu de prendre un taxi pour rentrer chez moi dans le XVème arrondissement, je préférais m'y rendre à pied...
    Pour une seule et unique raison : j'aimais traverser le XVIème arrondissement et passer devant l'hôtel particulier de Marlène Diétrich, l'entrée était souvent pavée de gerbes de fleurs ... Elle adorait Paris, elle était profondément francophile comme le fut plus tard Romy Schneider ... Un souvenir marquant et tellement émouvant ... Amitiés, MIC.

    RépondreEffacer
  3. Ça devait être effectivement spécial de passer devant son hôtel.

    RépondreEffacer